Aller au contenu principal

HEINRICH SCHÜTZ : L'ORPHÉE DE DRESDE

Geistliche chormusik - Kleine geistliche konzerte
Heinrich Schütz
Ensemble Jacques Moderne | 12 chanteurs
3 instrumentistes | viole de gambe, théorbe et orgue
Direction | Joël Suhubiette
Publié le 20/04/2018

Figure essentielle du baroque naissant en Allemagne, Heinrich Schütz est considéré comme l’un des plus prestigieux prédécesseurs de Jean-Sébastien Bach. Fortement marqué par ses séjours à Venise, il réalise dans son œuvre une magnifique synthèse entre tradition luthérienne allemande et influence italienne, délivrant une musique innovatrice, lumineuse, chargée d’humanisme et d’intenses émotions.

A la tête de l’Ensemble Jacques Moderne, Joël Suhubiette présente quelques-unes des plus belles pièces sacrées du maitre de chapelle de Dresde, choisies dans deux de ses opus essentiels. Les Kleine geistliche Konzerte (1636-39) délivrent des duos et trios intimistes confiés aux solistes et à la basse continue ; et la Geistliche chormusik (1648) incarne dans l’éclat de son écriture polyphonique un questionnement séculaire : comment concilier l’ancien et le nouveau. C’est en ce sens, l’une des œuvres les plus importantes de Schütz.

 

Création en partenariat avec la Ville d'Amilly et Les Jardins d'Agrément

  

Heinrich Schütz (1585-1672)

 

Geistliche Chormusik, Op. 11 (Dresden, 1648)
Herr, auf dich traue ich, SWV 377
So fahr ich bin zu Jesu Christ, SWV 379
O lieber Herre Gott, SWV 381
Die mit Tränen säen, SWV 378
 
 
Kleine geistliche Konzerte I, Op. 8 (Leipzig, 1636)
O hilf, Christe Gottes Sohn, SWV 295
O Herr hilf, SWV 297
Erhöre mich, wenn ich rufe, SWV 289
Ihr Heiligen, lobsinget dem Herren, SWV 288
 
 
Geistliche Chormusik, Op. 11 (Dresden, 1648)
Ich bin eine rufende Stimme, SWV 383
Die Himmel erzählen die Ehre Gottes, SWV 386
 
ENTRACTE
 
Kleine geistliche Konzerte II, Op. 9 (Leipzig, 1639)
Herr, wenn ich nur dich, SWV 321
Allein Gott in der Höh, SWV 327
Ist Gott für uns, SWV 329
Was betrübst du dich, meine Seele, SWV 335
 
 
Geistliche Chormusik, Op. 11 (Dresden, 1648)
Das ist ja gewißlich wahr, SWV 388
Unser Wandel ist im Himmel, SWV 390
Selig sind die Toten, SWV 391