Aller au contenu principal

Didon et Enée

odes à Sainte Cécile
Henry PURCELL (1659-1695)
7 solistes
8 chanteurs
13 instrumentistes
direction Joël Suhubiette
Publié le 11/09/2017

Créé en 1689 à la Boarding School for Girls, à Chelsea, cette oeuvre peut être considérée comme la plus célèbre de ce compositeur du Baroque anglais. Chef d’oeuvre admirable par son efficacité dramatique, par l’intensité des émotions dépeintes et par la grande qualité de sa musique, Purcell, sur un livret de Nahum Tate, va déployer son talent pour la comédie et la dramaturgie au fil de cet opéra. Il est considéré comme le seul véritable opéra dans l’ensemble de l’oeuvre de Purcell.

Après le succès de King Arthur et poursuivant son exploration du répertoire lyrique anglais, l’Ensemble Jacques Moderne vous propose une escale dans son itinéraire musical avec cet autre chefd’œuvre musical de Purcell : Didon et Enée. L’action se déroule à Carthage où la Reine Didon avoue à sa suivante Bélinda son trouble pour le prince troyen Enée. La Magicienne et ses sorcières planifient de détruire ce bonheur royal et se réjouissent de leur plan au travers du fameux air « But 'ere we this perform ». Enée, sous l’influence de ce stratagème se doit de quitter Carthage avec ses compagnons tandis que les sorcières entreprennent de provoquer une tempête afin de faire sombrer leur navire. Didon apprenant la nouvelle du départ du Prince, refuse d’entendre ses explications, le chasse et se laisse mourir en confiant ses dernière parole à Belinda sur ce bijou de l’art lyrique, l’émouvant «when i am laid».

Henry Purcell (1659-1695)
Raise, raise the voice (1688?)
Welcome to all the Pleasures (1683?) 
Didon et Enée (1689)