Aller au contenu principal

Markuspassion

passion selon Saint-Marc
Johann Sebastian Bach
Reinhard Keiser
Ensemble Jacques Moderne
5 solistes
9 chanteurs
Gli Incogniti - Amandine Beyer
10 instrumentistes
direction Joël Suhubiette
Publié le 20/10/2017

La Passion selon Saint-Marc de Keiser date vraisemblablement des années 1710. Tout permet de supposer qu’elle a été entendue pour la première fois à la chapelle du château de Weimar, le Vendredi saint 1712 ou plus probablement 1713, sans doute sous la direction de J. S. Bach.

Telle qu’elle se présente à nous aujourd’hui, la Passion de Keiser est comme il se doit structurée en deux parties pour laisser place au centre à la prédication. Ouverte par un choeur intitulé Sonata e Coro, la première partie s’achève avec un air de lamentation sur le reniement de Pierre. La seconde partie s’ouvre par une sinfonia instrumentale et conclut avec un ensemble de quatre morceaux pour ensemble vocal et instrumental.

La Passion tout entière frappe par l’imagination qu’y manifeste Keiser, qui n’était pas pour rien compositeur d’opéras. Ici, telle modulation étrange dans un récitatif pour insister sur le mot essentiel, là une brillante sinfonia instrumentale pour sertir un choral. Le musicien traite le récit évangélique de façon extrêmement véhémente et dramatique, et recourt si nécessaire à quelques figuralismes très efficaces.

Les joyaux abondent, comme l’air de désolation accablée des larmes de Pierre après le reniement, ou l’air de soprano « O Golgatha ! » en fa mineur ; ou la sinfonia au début de la seconde partie, oscillant entre Adagio et Allegro, comme entre douleur et désespoir. Après la mort du Christ, le choeur entonne les neuvième et dixième strophes du choral de la Passion, O Haupt voll Blut und Wunden, comme le fera Bach dans la Passion selon saint Matthieu avec la même neuvième strophe. Mais Keiser choisit de faire chanter le choral en cantus firmus par l’alto, la voix de l’âme souffrante.

Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Motet BWV 230 – Lobet den Herrn – Psaume 117
Cantate BWV 131 – Aus der Tiefen rufe ich, Herr, zu dir

Reinhard Keiser (1674-1739)
Passion selon Saint-Marc - Markuspassion